Le Village
Le Ruaudet
Montaville
La Grande Route
Les Jonchères
Le Haut-Laurent
Le Bas de Parfouru
L'Eglise
Le Moulin
Les Costils

Le Château
 
 1856 : Neuf hameaux à Parfouru

Le Beaudet, Ruauldé ou Ruaudet ?

   Nos anciens disaient-ils "Le Beaudet", "le Ruauldé" ou "le Raudé" ? "Les Jonquets" ou "Les Jonchères" ?... Où étaient les "Petites maisons" ?...Voyons ce que nous disent les archives de Parfouru.
   Le recensement de l'an XIII, ceux de 1836, 1841, 1846 et 1851 ignorent la répartition de la population par hameau.
   C'est le cadastre de 1830 qui pour la première fois divise Parfouru en hameaux :

   "L'an Mil huit cent trente six et le Dix septième jour du mois de juin, nous, géomètre de première classe, chargé de l'arpentage parcellaire de la commune de Parfouru-sur-Odon, nous sommes transportés à la mairie de la dite commune...
   ...Nous avons de suite parcouru le territoire de la commune et après avoir pris sur les lieux tous les renseignements nécessaires à notre opération, nous nous sommes occupés de la division définitive du territoire en sections, que nous avons réglée de concert avec le Maire comme il suit :
   - la 1ère section que nous avons nommée "de l'Eglise" sera désignée par la lettre A.
   - la 2ème dite "du Château de Parfouru" par la lettre B..."
(Voir la carte)
...
les autres sections de la 3ème à la 9ème ne sont hélas désignées que par leur lettre. En 1856, pour la 1ère fois, un recensement va dénombrer la population de la commune par hameau.

   C'est ainsi que ce 25 juin 1856...


Où vivaient les "Parfourutains" ?

...Mr Pierre Belissent, maire de Parfouru, signe le procès-verbal du recensement de 1856. Le tableau de récapitulation qu'il vient de rédiger dénombre, hameau par hameau, la répartition des 177 habitants de Parfouru :
Le Château - La Ferme du Raudé - Proche Eglise - Les Jonques - Le Bas de Parfouru - Le Moulin - La Ferme des Petites Maisons - Le Village de Parfouru - Le Village de Mottaville - La Grande Route.
  Dix quartiers donc cette année-là, mais les recensements suivants en liant Bas de Parfouru et Moulin dénombreront bien 9 hameaux à Parfouru-sur-Odon, auquels s'ajoutera en 1973 le Haut-Laurent.
  Suivons la vie de ces hameaux, de recensement en recensement, de 1856 à 1936, les dénombrements ayant lieu autrefois tous les 5 ans. (Voir le tableau des recensements)

1 - Le Château 4 habitants (2% de la population communale). Il ne compte qu'une habitation et un ménage. Entre 1836 et 1936, il a toujours été habité par la famille Abaquesné de Parfouru. Seuls, les recensements de 1921 et 1926 indiqueront 2 ménages et 2 habitations. C'est donc le plus petit hameau du village. En 1876, 12 personnes y seront pourtant recensées, car le château comptera cette année-là 7 membres de la famille Abaquesné de Parfouru, auxquels il faut ajouter un domestique, un jardinier, une cuisinière, une servante et une bonne d'enfants.
  Un seul foyer recensé en 1856 : Joseph Abaquesné de Parfouru, propriétaire et 3 domestiques.

2 - Le Raudé 7 habitants (4%). Ce hameau a porté bien des noms et bien des orthographes : Raudé en 1856, Ruaudai en 1861, Ruodé en 1866, Ruauldé en 1872, 1876, 1881, Ruaudé en 1886 et 1891, Ruauldé de nouveau de 1896 à 1936 (ce nom a donc été porté de la fin de l'Empire en 1871 jusqu'à la 2ème guerre), le Beaudet sur un cadastre récent et Ruaudet aujourd'hui. Cette ferme a généralement abrité 1 ménage, 2 en 1921, aucun en 1926. On y recensera pourtant 10 personnes en 1866 et 1872.
  Un foyer recensé en 1856 : Avoies, cultivateur, 3 personnes et 4 domestiques.

3 - L'église et le presbytère 11 habitants (6%). Ce hameau comptera 2 à 5 maisons, 2 à 6 ménages, 7 à 20 personnes.
  Deux foyers recensés en 1856 :
au presbytère : le desservant Mr Delaquaine et sa soeur
proche église : Belissent Pierre, cultivateur et maire, 4 et 5 domestiques.

4 - Les Jonques 12 habitants (7%). Ce hameau désigné sous le terme de Jonchères depuis 1861 (on trouve aussi Les Jonquets sur le cadastre de 1830) abritera en général 3 ménages et 3 maisons.
  Trois foyers recensés en 1856 : Caillot Gilles 2 et 1 domestique- Gesbert (époux Caillot) 3 et 1 domestique - Edenne 5, tous les 2 cultivateurs.

5 - Le Bas de Parfouru et le Moulin 31 habitants (17,5%). Le Bas de Parfouru comptera de 5 à 10 maisons et Le Moulin sera toujours habité par un seul ménage, 8 personnes y logeront en 1856. Bas-Parfouru et Moulin abriteront au minimum 17 personnes en 1921, mais au maximum 43 personnes en 1866, le 1/5 éme de la commune à cette époque !
  Foyers recensés en 1856 :
Moulin : Marc Pierre meunier 3 et 5 domestiques
Bas-Parfouru : Harang, maçon :5 - Heudier, journalier : 5 - Buhot- Fresnay, cultivateur : 4 - Barette, couvreur : 4 -
Niard domestique : 5.

6 - La ferme des Petites Maisons 11 habitants (6%). Ce terme désigne l'actuel lieu-dit des Costils, il fut utilisé de 1856 à 1936. Cette ferme logera 13 personnes en 1861, 1866 et 1872.
   Un seul foyer recensé en 1856 : Bellissent Jean, cultivateur, 3 personnes et 8 domestiques.

7 - Le Village 40 habitants (22,5%). Il regroupe l'ensemble des habitations s'alignant côté gauche en montant l'actuel VC3. C'était le coeur de Parfouru, 1 personne sur 3 y habitait en 1881, mais son importance ira diminuant au bénéfice de Montaville : 12 à 7 maisons, 16 à 7 ménages, 68 à 18 personnes (en 1921). Entre 1836 et 1936, 4 Parfourutains sur 10 vivent dans l'ensemble Village-Montaville.
   Foyers recensés en 1856 : François, journalier, 2- Néel, 1- Marie, journalier, 5 - Ruault, menuisier, 2 - Jeanne François, 1 - Buron, journalier, 3 - Hastin, journalier, 4 - Caillot-Launay, cultivateur, 5 - Destanville et Pigache, 3 - Derette, journalier, 5 - Castel, journalier,5 - Marie, dentellière, 3.

8 - Mont la Ville 44 habitants (25%) est le hameau le plus peuplé en 1856 et représente donc le quart de la population communale. Le terme Montaville apparaît en 1886 et remplace Mont la Ville et Village de Mottaville, utilisé en 1856. On utilisera aussi le nom d'Amontlaville en 1861 et de nouveau en 1881. Ce hameau regroupe les maisons situées sur la droite du même VC3 et à l'entrée du Chemin du Parc aux Prêtres. 7 à 10 maisons permettront le logement de 20 à 50 personnes.
   Foyers recensés en 1856 : Bertaux, maçon, 5 - Lecointe, journalier,5 - Languine, cultivateur, 3 - Baudel Jean, domestique, 4 - Denise, domestique, 8 - Hérel, cultivateur, 3 - Amey, cultivateur, 4 personnes et 4 domestiques.

9 - La Grande Route ou Landes 17 habitants (10%), est un hameau remarquable par sa stabilité : il a toujours compté 5 à 8 ménages et 17 à 26 personnes.
   Cinq foyers recensés en 1856 : Thomasse, cultivateur, 5 - Auger, journalier, 5 - Lesage, journalier, 2 - Anne, fileuse, 1 - Ménard, carrieur, 4.

Le Haut-Laurent, dernier-né des hameaux de Parfouru n'est habité que depuis 1973. Il est passé de 10 à 16 habitations. Il a symbolisé la jeunesse de Parfouru en 1975 et 1982.

J-F Sehier / M. Lucas